Proposer des activités authentiques : Thomas Laviolette / TripXP

Troisième portrait d’une série consacrée aux entrepreneurs du voyage. Aujourd’hui, Thomas Laviolette, co-fondateur de TripXP.

tripxp-logo

 Que propose TripXP ?

Nous sommes une place de marché collaborative dédiée aux activités insolites. Il est possible de trouver une activité à faire ou en proposer une. Les activités sont principalement en France et en Europe mais il est possible d’en organiser partout dans le monde.

Comment est venue l’idée ?

Nous étions avec Axel Peyrière et Alex Delivet en voyage d’affaires à Los Angeles à l’occasion du salon du jeu vidéo, l’E3. Il nous restait deux jours de week-end. Comme nous allons à ce salon tous les ans, nous avons eu envie de changer des visites lambda et de faire quelque chose de typique. La recherche sur Internet n’était guère évidente : soit on essayait « activités insolites à Los Angeles » en risquant d’être noyé dans la masse d’informations, soit on transposait des activités originales qu’on avait expérimenté en France pour préciser la recherche, « faire du karting à Los Angeles » par exemple. Nous voulions sortir des tours de la ville en bus et aller vers quelque chose d’authentique. Nous avons réalisé qu’il n’y avait aucun site sur ce créneau.

Quelles sont vos expériences précédentes ?

Avec Axel Peyrière, j’ai créé une agence de communication en 2004, Edolone. Nous faisons principalement du trade marketing et de la promotion des ventes sur les jeux vidéo, la téléphonie mobile et les autres produits issus des nouvelles technologies. C’est notre activité de base. Nous avons développé TripXP par la suite. Enfin, début 2013, nous avons lancé HappyMuch, un service de coffrets cadeaux personnalisés axé sur des produits. C’est assez excitant de jongler entre les projets, car ils sont chacun dans une phase différente d’évolution.

Comment votre équipe s’est mise en place ?

Alex Delivet nous a rejoints, auparavant il était bras droit du dirigeant d’une start-up pharmaceutique. Il est désormais épaulé par deux personnes, Romain et David. Axel aide sur les activités, je complète sur les volets communication et marketing.

Comment le projet TripXP s’est structuré ?

Le projet fêtera bientôt sa première année d’exploitation. Tout a été fait en interne. Le temps qu’on se lance, un site américain était né. Comme ils ont réussi à lever des fonds, on s’est dit que l’idée était définitivement bonne. Axel Peyrière avait déjà bien avancé sur les maquettes graphiques, Alex Delivet se focalisait sur l’expérience utilisateur.

Nous avons élargi la vision que nous avions des activités insolites. Initialement, nous étions focalisés sur les activités que l’on peut faire en vacances à l’étranger. Ensuite, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait beaucoup de choses à faire en bas de chez soi.

Nous nous sommes donc recentrés sur les activités urbaines. Nous avons quelqu’un qui propose des croisières en voilier sur les territoires polaires. Mais ce genre d’activité est complexe à organiser, il faut notamment caler les dates car ce n’est pas l’activité principale de celui qui propose. Nous sommes donc allés vers des activités de proximité, sur des créneaux horaires limités. Nous avons également imposé un délai de réponse de 24 heures pour les organisateurs, ce qui peut être pénalisant pour les guides qui partent plusieurs jours en expédition sans avoir Internet.

thomas-laviolette

Qui sont vos clients ?

Tout d’abord, il y a ceux qui partent pour un court week-end en Europe. Nous avons beaucoup de succès avec les activités à Berlin. Ensuite, il y a des habitants qui se retrouvent à Paris un jour de congé ou le week-end et ont envie de faire quelque chose de différent. Enfin, il y a les passionnés qui cherchent à rentabiliser leur passion en organisant des activités sur un temps limité. Cela peut être la photographie, les balades en vélo, etc. Il y a non seulement la possibilité d’avoir un complément de revenus, mais surtout de partager sa passion avec d’autres personnes intéressées.

Quelle est votre stratégie de communication ?

Nous essayons de faire grossir en même temps la communauté des utilisateurs et celle des hôtes. Axel et Alexandre sont à l’affût des tendances. Il s’agit d’identifier très rapidement des spécialistes pour aller les chercher. Romain et David s’occupent du démarchage.

Pour les clients, nous avons désormais un nouveau site qui nous permet d’avoir un système de promotions. Nous allons organiser des opérations de promotion très ciblées en partenariat avec des blogs spécialisés. Cela va nous permettre d’attirer des clients dans des domaines où nous avons suffisamment d’activités à proposer, dans la photo par exemple.

Qui sont vos concurrents ?

Nos concurrents sont répartis géographiquement. Aux États-Unis, le marché est très segmenté entre la côte Ouest et la côte Est. SideTour et Vayable sont donc assez occupés pour le moment. En Europe, il y a un concurrent allemand, Gidsy.

Ensuite, il y a d’autres types de concurrents, notamment les services de guides amateurs, comme les « greeters » bénévoles. Leur activité contribue au développement de l’économie collaborative et c’est une bonne chose car nous sommes encore dans une phase d’évangélisation où il faut convaincre les consommateurs et les rassurer. Il faut apprendre à faire confiance à un particulier plutôt qu’à un professionnel.

Quel est votre regard sur l’industrie du voyage ?

La France et Paris restent au top en termes d’attraction touristique dans le monde. C’est une opportunité exceptionnelle pour les jeunes entreprises françaises.

L’essentiel est de mesurer l’impact que peut avoir la consommation collaborative dans les mois et années à venir pour l’industrie du voyage. AirBNB a déjà montré la voie sur l’hébergement. Quel que soit votre budget pour voyager, il sera toujours possible de trouver quelqu’un prêt à offrir de son temps pour vous faire découvrir quelque chose. C’est pour cela que nous ne sommes pas sur une gamme particulière de clientèle. Les activités que nous proposons vont de 5 à 1600 €.

Il faut que d’autres tiers de confiance comme nous émergent. Les hôtes et les clients ont toujours une garantie grâce à nous, cela évite aussi les problèmes de conversion ou de devoir payer de la main à la main.

[MAJ le 22 mai 2013 : les fondateurs ont annoncé la fin de l’aventure TripXP, toutes mes chaleureuses pensées accompagnent Axel, Thomas et Alex dans ce moment]